Le tour de l’Irlande – Jour 6

Pour cette nouvelle journée nous quittons Ballina pour traverser le compté de Sligo et atteindre le Donegal.  (Pour retrouver l’épisode précédent : Le tour de l’Irlande – Jour 5).

La baie de Ballina au fond de laquelle se niche la petite ville

La baie de Ballina et son port.

Paysage du comté de Sligo

Un arrêt sur le site du cimetière mégalithique de Carrowmore nous permet de visiter l’un des plus anciens (4 370 av J-C) et plus grands « cimetières mégalithiques » d’Europe.

Le cairn Listoghil (Carromore 51) mesure 35 mètres de diamètre et abrite une chambre avec un dolmen composé d’une pierre centrale soutenue par 6 autres pierres

Knocknarea Mountain au sommet de laquelle se trouve la tombe de la Reine Maeve (Medb), un cairn âgé d’environ 6 000 ans mesurant 55 mètres de long et 10 mètres de haut.

Le guide de ce cimetière mégalithique n’hésite pas à nous jouer un air Irlandais intimement lié à l’histoire de ce site

Le dolmen à l’intérieur du cairn Carromore 51

Drumcliff est une petite ville dans le compté de Sligo où se trouve la tombe de William Butler Yeats. Dans ce cimetière se trouvent de nombreuses croix celtiques.

Statue à l’entrée du cimetière de Drumcliff dans le comté de Sligo.

La tombe de William Butler Yeats. Yeats est mort à Roquebrune-Cap-Martin dans les Alpes-Maritimes en France où il est enterré dans une fosse commune. Ses restes sont exhumés en 1946 et placés dans un ossuaire jusqu’en 1948 pour être transférer et inhumer dans un cercueil à Dumcliff

Alignement de croix celtiques dans le cimetière de Dumcliff. La grande croix date sans doute du XIème siècle. Les sculptures représentent Adam et Ève, Caïn tuant Abel et Daniel dans la fosse aux lions.

Le route qui nous mène du comté de Sligo au comté du Donnegal passe par une région sauvage aux côtes très découpées.

Près de la côte se trouve la demeure de la famille Mountbatten.

Les chevaux sont aussi très présents sur cette côte sauvage et ils n’hésitent à venir nous saluer

Les dunes qui sont aussi un immense terrain de golf (Golf de Bundoran)

Le pont des fées (fairy bridge)

Les dunes et des cavaliers qui déferlent sur la plage comme une tribu d’indiens

L’Irlande c’est aussi un pays de laines et c’est pourquoi nous nous arrêtons pour visiter une fabrique de tweed

Métier à tisser le tweed

Les fils de tweed sont en place sur le métier et peuvent être tissés

Arrivée dans le Donnegal pour la fin de ce 6 ème jour.

Paysage du Donnegal en Irlande

A suivre …

Le tour de l’Irlande – Jour 5

Cette journée est consacrée à la traversée du Connemara.  (Pour retrouver l’épisode précédent : Le tour de l’Irlande – Jour 4).

Cette région est indescriptible : les paysages sont à couper le souffle. Le temps est très maussade et la pluie bouche la visibilité. Pourtant dans cette nature sauvage faite de tourbières et de lacs on se sent bien, en communion avec l’esprit Irlandais qui flotte à chaque détours des routes sinueuses.

Des murs de pierres pour séparer les parcelles de terre

Des ruisseaux colorés du brun de la tourbe alimentent les innombrables lacs

Les rares constructions se perdent entre ruisseaux, lacs et tourbières

L’ile des pins sur le lac Derryclare Lough est un des rares endroits du Connemara où l’on peut voir des arbres.

La bruyère colore cette terre sauvage et malgré le gris du ciel les couleurs sont extraordinaires

Le château de Kylemore est actuellement en travaux pour rénovation. Il faudra y retourner pour l’admirer de toute sa splendeur

De l’eau, beaucoup d’eau en ce jour de pluie et les ruisseaux grossissent et se gonflent de liquide de la couleur de la tourbe

Dans ce paysage aride, un cheval seul et immobile semble attendre la fin de l’averse

Au bord du lac Lough Doo cette pierre commémore un évènement tragique qui eut lieu lors de la grande famine en 1849. Plus de 600 personnes meurent après une longue marche, affamées et à peines habillées dans un froid terrible après s’être vu refuser de l’aide et du travail à Louisburgh.

Le lac Doo Lough dans le comté de Mayo

Notre bus fait une escale à Westport, une ville datant du 18ème siècle dessinée par James Wyatt et qui remplaça alors la ville de Cahernamart

Sculpture moderne à Westport près du « Ishsko Centre » un complexe dédié à la santé et au bien être

La statue de Saint Patrick à Westport

Une bonne façon de recycler les vieilles chaussures devant l’église « The Holy Trinity Church »

Nous passons la soirée à Ballina au pub « Rouse’s Bar » à écouter de la musique traditionnelle Irlandaise et à boire quelques bières et whyskey pour nous remettre de cette longue traversée du Connemara qui m’a ému plus que je ne l’aurais cru.

A suivre Le tour de l’Irlande – jour 6

Le tour de l’Irlande – Jour 4

La destination finale de ce jour est Galway. Cette route nous fera traverser une rivière, longer de hautes falaise et traverser des paysages désertiques et lunaires.  (Pour retrouver l’épisode précédent : Le tour de l’Irlande – Jour 3)

Les paysages d’Irlande peuvent être très sombres ou très lumineux mais ne laissent jamais indifférent

Pour traverser le fleuve Shannon il est plus simple de prendre le ferry à Tarbert

Les éoliennes sont un bon moyen de produire une énergie car les ressources naturelles sont rares en Irlande

Le port de Killimer où arrive le ferry

Les falaises de Kilkee

Les falaise de Kilkee dans le compté de Clare sont une alternative aux visites des falaise de Moher mais sans la cohue des touristes

Les autochtones n’hésitent pas à aller se baigner dans cette eau à 15 degrés

En marchant le long des falaises de Kilkee on peut voir de jolis paysages maritimes mais si l’on regarde vers la terre c’est tout aussi beau

Les falaises de Moher

Depuis les falaises de Moher on peut voir au loin les 3 iles d’Aran : Inis Mór (grande île), Inis Meáin (île moyenne) et Inis Oírr (aussi Inis Thiar, île d’est)

La tour O’Brien surplombe la baie de Galway du haut de la falaise

Le Burren (qui en Irlandais signifie le ‘Pays pierreux’), plateau Karstique, se situe dans la province de Munster (comté de Clare)

Dans ce paysage lunaire on voit des murs de pierres : ce ne sont pas des murs de séparation de parcelles et ils n’ont aucune utilité. En réalité ils ont été construits au plus fort de la « grande famine », l’Etat britannique ayant mit en œuvre des dispositifs de soulagement de la famine (Famine Relief Schemes), un projet de grands travaux qui devaient permettre de nourrir les gens en échange de travail.

Statue de Oscar Wilde à Galway. Cette statue est en fait un banc où sont assis Oscar Wilde et Eduard Vilde

Eduard Vilde assis sur le banc en compagnie de Oscar Wilde

Un pub de Galway où il est possible boire de la bière Irlandaise tout en écoutant des groupes de musiciens jouer et chanter des chansons Irlandaises

Sur les murs de Galway on pourrait parfois se croire à Paris

Une soirée au pub où un chanteur nous enchante

A suivre Le tour de l’Irlande – Jour 5